Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Coronation Street - Episode 1

Diffusion : 9 décembre 1960

Diffusion : 9 décembre 1960

C'est l’histoire d’une rue de la ville de Weatherfield, non loin de Manchester. Une rue courte, étroite et pavée, bordée d'un côté par une usine et le Mission Hall. De l'autre côté de la rue se dressent 7 maisons mitoyennes en briques sombres tachées de fumée, bordées d'un pub (Le Rovers Return) à une extrémité et d'un magasin (le Corner Shop) au coin à l'autre. Coronation Street raconte la vie des habitants de ce quartier.

Synopsis

 

Nous voyons un groupe d'enfants chanter une comptine devant le magasin où une femme d'âge moyen prend un panneau sur le trottoir et regarde le nom inscrit au-dessus de la porte : celui d’Elsie Lappin. La femme rentre dans le magasin et dit à une autre femme qui se tient derrière le comptoir : « Maintenant, la prochaine chose que vous devez faire, c'est obtenir une nouvelle pancarte. Ce truc au-dessus de la porte devra être changé ». L'autre femme s'appelle Florence Lindley, ou Florrie, comme on l'appelle de préférence. Elle vient d'acheter le petit magasin de Mme Lappin et elle est déjà en train de changer l'aspect de certains des présentoirs de produits pour attirer les acheteurs. Elle remercie Mme Lappin d'être restée jusqu'à ce qu'elle soit installée. Concernant les ardoises, Elsie dit à Florrie qu’elle devra se faire son propre jugement sur la solvabilité des clients, et qu’elle devra faire bien attention à la famille Tanner, au numéro 11. « Ne les laissez pas dépasser 50 cents, sinon vous aurez des problèmes. »

 

Une cliente arrive, une jeune femme aux cheveux noirs d'une vingtaine d'années. Elsie la présente à Florrie sous le nom de Linda Cheveski, Linda Tanner de son nom de jeune fille (avec un ton significatif à sa voix). Elle et son mari Ivan habitent Warrington. Linda est venue seule rendre visite à sa famille pour une semaine.

 

Au même moment, au numéro 11, Elsie Tanner confronte son fils Dennis. Elle a constaté qu’il lui manque 2 £ dans son sac à main et pense que c’est lui qui les lui a volés. Dennis jure que non. Mais Dennis est fauché. Il a du mal à trouver du travail et met la faute sur le fait que ça ne fait que sept semaines qu’il est sortie de Borstal, une prison pour mineur depuis sa sortie de prison. Cependant, Elsie n’est pas dupe et l’accuse de ne pas faire assez d’efforts. Dennis sait que sa mère préfèrerait avoir un fils qui ressemble plus à Kenneth Barlow. En réalité, elle aimerait que leur famille ressemble davantage à la famille Barlow, qui habite au numéro 3.

 

Ce qu’Elsie ignore, c’est que tout n’est pas rose chez les Barlow. Nous y sommes, justement au numéro 3 de Coronation Street, où Mme Ida Barlow, une quarantaine d'années, sert le thé à son mari Frank et à son fils Kenneth. Kenneth est un jeune homme blond assez séduisant, d'environ 21 ans, mais il n'a pas l'air très heureux lorsque sa mère lui tend une bouteille de sauce pour assaisonner son repas. Elle pensait qu'il avait toujours aimé ça ! Il l'aimait, mais avant. Il gémit de gêne et exprime un vague mépris lorsqu'il voit son père se servir dans la sauce et lui faire avaler sa nourriture avec des tasses de thé. Son père le remarque et reproche à son fils de mépriser sa famille avec cette expression arrogante. Ida Barlow essaie d'orienter la conversation vers un autre sujet, mais cela ne fonctionne pas. Le père Barlow aboie parce que son fils pense qu'ils sont communs, pas assez bons et continue à harceler Kenneth malgré les protestations d'Ida. « Je parie qu'il ne dit pas à ses amis du poncy college où sa mère travaille ! » Ida travaille jour après jour à faire la vaisselle pour l'hôtel Imperial. Ken se défend. Bien sûr, il leur dit... s'ils le demandent. Le barrage continue et il semble que Ken ait une attitude inacceptable au goût de son père depuis qu'il a commencé l'université, il commente la façon dont sa famille mange et vit dans les ruelles d'un quartier ouvrier.

 

Ida se demande où est passé son fils cadet, David, et Ken en profite pour dire à ses parents qu'il sort ce soir, pour rencontrer une amie de l'université... à l'hôtel Imperial, justement ! « Oh non, tu ne sors pas », tempête son père. Il ne veut pas qu’on dépense de l’argent dans l’horrible endroit où sa mère doit travailler si dur pour un si petit salaire. Le sujet semble être clos, le maître de maison a parlé et étant le garçon bien élevé qu'il est, il semble que Ken va obéir à son père, n'aimant pas du tout ça. 

 

Frank se retire sur sa chaise longue avec une dernière tasse de thé. C’est dans une tension palpable que débarque David qui est en retard parce qu’une roue de son vélo a crevé. Sa mère va chercher le thé dans le four et réchauffe la sauce tandis que le père va chercher le kit anti-crevaison. Laissé seul avec son frère, David demande à Ken ce qui se passe et il lui parle du désastre de l'Imperial Hotel. David comprend à quel point cela s'est "bien" passé.

 

Nous voici au Rovers Return. A l'intérieur, Ken est au bar, vêtu d'une veste de sport et d'une cravate, les cheveux soigneusement peignés. Il commande deux paquets de dix cigarettes à la propriétaire, une petite femme plus âgée du nom d'Annie Walker qui tient le pub avec son mari Jack. 

 

Arrive Dennis Tanner, avec son air de voyou dans sa veste en cuir. Il commande un demi et des cigarettes, mais constate qu’il n'a pas assez d'argent pour les payer et n'est donc pas autorisé à les avoir. Pas de crédit, c’est la règle de la maison, l’informe Annie. 

 

Ken et lui entament un semblant de conversation. Ils ont grandi ensemble, mais ont évolué de manière très différente. Dennis fait quelques remarques caustiques et sarcastiques sur les bourses et les universités. Lorsque Mme Walker va chercher la monnaie de Ken, Ken fait glisser un des paquets à Dennis, généreusement. Dennis est surpris, mais ne refuse pas et ne propose pas de le rembourser plus tard. Il reprend sa bière et s'en va, faisant un signe de tête à Ken en guise de remerciements. Annie secoue la tête devant la générosité de Ken et se sent désolée pour la mère de Dennis, Elsie. 

 

Pendant ce temps, Elsie observe son visage dans miroir miniature, examinant les signes de l'âge. "Eh Elsie, tout juste prête pour l'équarrissage" s'exclame-t-elle tristement. Nous entendons un cliquetis de l'extérieur et elle crie par la fenêtre en direction des enfants qui ont renversé ses poubelles. Sa fille arrive avec le peu de choses qu'elle a ramassées au magasin du coin, mais elle ne veut pas accepter d'argent de sa mère. C'est elle qui a pris les deux livres du sac d'Elsie ! Elle se fait gronder. Avec la radio qui joue de la musique douce en fond sonore, les femmes parlent de Dennis et de ses efforts pour trouver du travail. La conversation se tourne vers le mari de Linda, Ivan. Elsie a deviné que Linda avait quitté son mari et Linda le confirme. Elle ne dira pas vraiment pourquoi, si ce n'est qu'elle a peur de lui lorsqu'il est de mauvaise humeur par moments et qu'ils sont toujours en train de ramer. (On dirait que c'est normal pour cette famille !)

 

De retour au magasin, l'ancienne et l'actuelle propriétaire réapprovisionnent les étagères et discutent des maisons. Mme Lappin prend sa retraite et s'achète un petit bungalow, mais Mme Lindley préfère une maison avec un étage. Il ne semble pas normal, d'une certaine manière, de ne pas monter à l'étage pour dormir, dit-elle ! Au moment où Elsie décide d’aller à l’arrière-boutique chercher une bière, une vieille femme trapue portant un filet à cheveux et arborant un visage de vieux bouledogue entre. Elle se présente comme Ena Sharples, la gardienne de la Glad Tidings Mission de l'autre côté de la rue. Sa mission personnelle est de tout savoir sur le nouveau propriétaire du magasin et elle commence, après avoir glané le nom de Florrie, par demander de quelle religion est Florrie. La nouvelle propriétaire du Corner Shop est ambivalente, ce qui amène Mme Sharples à supposer qu'elle est de la « Church Of England » et elle se lance dans un récit sur sa sœur et son mari qui ont adopté cette religion. Une autre question à laquelle elle répond de manière ambivalente, c’est sur l'endroit où elle prévoit d'être enterrée, ce qui amène à une autre discussion sur la façon d'éviter le crématorium local dont le directeur musical joue des hymnes inappropriés. Mme Sharples semble s’être renseignée sur Florrie Lindley parce qu'elle sait que Florrie venait de la rue Esmeralda et qu'elle a travaillé comme serveuse au bar Farrier pendant des années, qu'elle est veuve et qu'elle n'a pas d'enfants. « mieux vaut ne pas en avoir », souligne-t-elle. Dans tout cela, il y a plusieurs demandes, des commandes en fait, pour un paquet de levure chimique, une bouteille d'eau de javel et une demi-douzaine de viennoiseries, mais « pas d’éclairs ». Ena met également en garde Florrie contre les Tanner du numéro 11 et parvient ensuite à obtenir un œuf de remplacement de l'ancien propriétaire, prétendant que celui qu'elle avait ce matin était cassé. Et elle s'en va, s'attendant à ce que ses achats figurent sur l'ardoise. « Ne vous inquiétez pas, je ne pense pas à m'enfuir », dit-elle en laissant les deux femmes rire. « Elle est assez morbide, n'est-ce pas ? », dit Elsie à Florrie une fois Ena partie.

 

De retour au numéro 3, David et son père se battent avec le pneu de la bicyclette, essayant de déterminer où se trouve la crevaison. Frank semble avoir une relation beaucoup plus facile avec son fils cadet qu'avec son aîné. Ils ont plus en commun sans doute. Même lorsque Frank s'énerve contre David, c'est plus une exaspération amicale qu’une position sur la défensive qu'il semble adopter avec Kenneth. David sort pour louer une pompe et Ida se fraye un chemin avec précaution en passant devant les pièces sur le sol. Elle va chercher son tricot et s'assoit. Frank la regarde d'un air penaud et se plaint qu'il ne peut pas faire marche arrière et laisser Kenneth aller à l'Imperial maintenant. Il pense que Ken devrait apprendre à vivre avec sa propre classe sociale. Il sait que Ken est au numéro 1 pour rendre visite à M. Tatlock et observe que son fils aîné passe plus de temps là-bas que chez lui ces jours-ci. 

A l'intérieur du numéro 1, M. Albert Tatlock, un vétéran de la Première Guerre mondiale, a une petite conversation avec le jeune Kenneth tout en examinant sa collection de pièces. Il se rend compte que Ken a quelque chose en tête et lui offre une oreille pour l'écouter, mais Ken lui dit qu'il ne comprendrait pas. « Merci beaucoup », rétorque M. Tatlock qui sait déjà qu'il a été interdit à Ken de venir chercher son amie, Susan Cunningham, à l'hôtel Impérial. Mme Barlow le lui a dit. Il suggère à Ken d'aller la chercher en ville et de la ramener ici. Ken est horrifié par cette suggestion et ne peut pas le faire. « Pourquoi ? » demande le vieil homme. Ken répond d'une voix dégoulinante d'ennui, de mépris et de snobisme : « Coronation Street » ! Lorsqu'on lui pose la question, Ken dit qu'il admet d'où il vient lorsqu'on le lui demande, mais il n'a pas non plus envie d'amener Susan pour le voir. Après avoir fait une petite blague aux dépens d'Ena Sharple « Mon lieu de culte est le Rovers Return », Albert dit à Kenneth que le collège l'a transformé en un vrai petit snobinard coincé. Ken commence à protester mais sa mère l'interrompt à la porte de derrière, en lui annonçant que l'amie de Kenneth, Susan, est venue le voir au numéro 3 ! Ken laisse des traces de dérapage sur le sol dans sa hâte de rentrer pour limiter les dégâts, et Ida et Albert partagent un rire.

 

De retour au numéro 3, Susan observe Frank et David sur le sol en train de réparer le pneu crevé et lui propose son aide. David impose l’idée qu'ils connaissent quelqu'un en commun et partagent juste une poignée de main lorsque Ken entre. Et si ce n'était pas en noir et blanc, son visage serait rouge comme une betterave.

Florrie Lindley et Ena Sharple

Florrie Lindley et Ena Sharple

Ce qu'il faut savoir

Stuart Latham est le premier producteur de l'émission. Il abandonne son rôle dans l'épisode 60 le 10 juillet 1961.

            La première séquence titre du feuilleton est un simple plan de Archie Street à Ordsall, qui a inspiré la rue fictive de Coronation Street. La séquence a été utilisée jusqu'à l'épisode 336 (du 2 mars 1964).

            Il n’y a pas d’extérieur dans cet épisode, pas plus qu’il n’y en aura dans la majorité des épisodes des années 60. La série n’exploitera que des plans de Archie Street et ne réalisera pas de décor extérieur jusqu'à ce que le décor de Grape Street soit érigé et visible dans l'épisode 770 (1er mai 1968).

Dans ce tout premier épisode, la devanture du Corner Shop et l'entrée du Rovers Return Inn sont considérées comme des décors de studio, tandis que les portes d'entrée des numéros 1 et 11 sont des photographies, probablement prises dans la vraie Archie Street.

            Jennifer Moss, non créditée, est la voix de Christine Farrar, une fille hors écran qu’Elsie reproche de jouer dans son jardin. La raison de cette "apparition" était de permettre à la jeune fille de seize ans de faire l'expérience d'un studio de télévision (et dans ce cas, d'une production en direct) avant ses véritables débuts dans l'épisode 4, le 21 décembre. Pour la même raison, elle sera la voix de Sandra Haddon dans l'épisode 2 le 14 décembre.

            Bien qu'Elsie Lappin soit le premier personnage crédité à parler, on voit deux écolières chanter devant l'échoppe du coin au début de l'épisode. L'une des filles est jouée par Lyn Paul, qui deviendra plus tard une des chanteuses du groupe "The New Seekers" qui, entre autre, a représenté le Royaume-Uni au Concours Eurovision de la Chanson 1972. Un an plus tard, en décembre 1961, sous son vrai nom de Linda Belcher, elle apparaît comme l'un des enfants crédités dans deux épisodes.

            Pour le premier épisode, Tony Warren prend quelques mesures pour donner aux téléspectateurs une idée de la disposition de la rue et les aider à se rappeler quels personnages vivent dans quelles maisons. Les scènes à l'intérieur du Rovers, du n°1, du n°11 et du Corner Shop sont précédées d'un aperçu de la porte d'entrée appropriée, avec le numéro de la maison bien en évidence. De plus, Elsie Lappin met en garde Florrie Lindley contre "les Tanner du numéro 11", et Dennis suggère qu'Elsie aimerait qu’il ressemble à "Kenneth Barlow du numéro 3". Plus tard dans l'épisode, Ena Sharples se présente à Florrie et affirme que le Glad Tidings Mission Hall est de l'autre côté de la rue.

            L'épisode se termine par une légende qui dit « Prochain épisode : Mercredi 14 décembre 19h ». Des légendes de même nature ont continué à être utilisées jusqu'à l'épisode 91 (25 octobre 1961), puis enfin à l'épisode 98 (20 novembre 1961).

            TV Times, programme de télévision, résumait l’épisode ainsi : "Chaque porte d'entrée cache une histoire. Dans cette nouvelle série bihebdomadaire, il y a sept portes d'entrée et plus de 20 personnes intéressantes. Rendez-vous à Coronation Street les mercredis et vendredis et rejoignez les voisins".

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article